Les nouveaux traitements pour lutter contre la calvitie ?

La calvitie atteint la majorité des hommes à partir d’un âge donné (certains en sont victimes déjà entre 25 et 30 ans).

Si autrefois, il n’existait pas vraiment de remède pour en inverser le processus, aujourd’hui, la science a fait quelques pas en avant et promet d’y remédier encore mieux dans le futur.

Quels sont les nouveaux remèdes contre la calvitie ?

Les nouveaux traitements pour lutter contre la calvitie

Un traitement révolutionnaire à l’horizon 2028

Il s’agit des fruits d’une longue recherche ayant donné des résultats expérimentaux prometteurs au Japon.

Les scientifiques qui l’ont menée assurent que cette découverte pourrait traiter la calvitie bien mieux que tous les traitements connus jusque-là.

Son efficacité serait telle que la thérapie régénérative des cheveux en humains pourrait connaître une révolution.

Retrouvez plus d’infos sur europe1.fr à ce sujet.

Quoi qu’il en soit, pour le moment, ladite technique n’est pas encore testée et approuvée sur de nombreux sujets humains.

Toutefois, il semble qu’elle soit déjà en plein test sur des hommes en Grande-Bretagne, ce qui va permettre à long terme d’en vérifier les effets.

Les résultats actuellement disponibles ne suffisant pas à affirmer avec certitude l’efficacité du traitement, on devra attendre environ 10 ans pour voir ce produit peaufiné et commercialisé.

Il n’en demeure pas moins que c’est un pas de géant dans la lutte contre la calvitie.

Le meilleur traitement pour l’heure

La calvitie peut être considérée comme une pathologie qui affecte un grand nombre d’hommes et dont la cause principale est génétique.

Il n’y a donc à priori pas de moyen de s’en prémunir.

Les hommes ne sont pas les seuls à en souffrir, elle touche également une petite partie des femmes.

De nombreux traitements ont été créés jusqu’à lors, mais parmi eux, quelques-uns se distinguent clairement par leur efficacité.

Si jusqu’en 2017, les chauves avaient la possibilité de se soigner avec le célèbre Minoxidil, depuis cette année, c’est le Trioxidil qui est désormais recommandé.

Ce remède existe en version homme et femme et traite l’alopécie de façon plus efficace que le Minoxidil.

D’ailleurs, si vous avez déjà eu à utiliser du minoxidil, vous avez sans doute connu ses effets secondaires.

Il s’agit par exemple de l’effet shedding (la perte des cheveux qui allaient déjà tomber), l’accélération du rythme cardiaque, des démangeaisons, etc.

Ils apparaissent au début de l’usage du médicament.Avec un traitement à base de Trioxidil, vous avez la même efficacité que le Minoxidil, mais avec les effets secondaires en moins.

À l’heure actuelle, c’est véritablement le traitement qui offre le plus de satisfaction aux personnes souffrant d’alopécie.

Les autres options

Il existe plusieurs produits dont les fabricants assurent l’efficacité sur le soin de la calvitie.

Vous trouverez ainsi en vente une multitude de compléments alimentaires ou de shampoing destinés à vous empêcher de devenir chauve.

Cela dit, il y a dans le lot, de nombreux produits qui sont totalement inefficaces ou très peu efficaces.

De toute façon, la grande majorité des compléments alimentaires destinés à lutter contre l’alopécie ont pour effet de limiter la chute des cheveux.

Les plus efficaces l’arrêtent seulement si elle n’est pas à un stade trop avancé.

La perte des cheveux peut arriver à n’importe qui à partir d’un âge donné ou si vous êtes soumis à une situation de stress intense ou prenez des soins comme une chimiothérapie.

Dans tous les cas, vous pouvez agir pour ralentir la chute des cheveux ou l’arrêter efficacement.

Plusieurs traitements existent pour cela.

Privilégiez tout de même des produits à base de Trioxidil, car c’est le traitement le plus avantageux et efficace pour le moment.

Sachez en outre que la commercialisation d’un traitement capable de réactiver la croissance des cheveux est actuellement envisagée dans une dizaine d’années.

D’ici là, gardez espoir !


Articles connexes :

Lien entre fatigue et maladie auto-immune ?

Les aliments à éviter en cas de diabète gestationnel ?