Fatigue malgré l’appareil d’apnée du sommeil : que faire ?

La ventilation en continu sous PPC est connue comme étant l’un des traitements les plus efficaces contre l’apnée du sommeil.

Elle permet généralement aux patients de retrouver un sommeil normal après traitement.

Cependant, malgré le traitement par ventilation en Pression Positive Continue (PPC), certaines personnes peuvent encore ressentir de la fatigue au réveil.

Fatigue malgré l’appareil d’apnée du sommeil  que faire

Plusieurs raisons peuvent expliquer cela.

Voici la conduite à tenir face à ce genre de situations.

Rechercher la cause qui se cache derrière le manque d’efficacité du traitement

Il existe un outil permettant de déterminer la persistance d’un état de fatigue chez un individu.

Il porte le nom de score d’Epworth.

Ainsi, lorsqu’une personne obtient un score d’Epworth élevé, on considère que le traitement sous PPC n’a pas été efficace pour vaincre l’apnée du sommeil.

Ce n’est qu’à partir de là qu’il faut rechercher les raisons qui justifient cette inefficacité.

Ces dernières sont variées et peuvent être regroupées en trois catégories différentes.

Les causes liées au traitement sous PPC

La première d’entre elles est celle qui se rapporte au traitement en lui-même.

Cela peut être causé soit par l’observance thérapeutique soit à l’efficacité de l’appareil de traitement.

S’agissant de l’observance thérapeutique, elle renvoie au respect par le patient des prescriptions faites par le médecin.

Pour cela, il faudra d’abord questionner le sujet sur ses habitudes de sommeil ainsi que sur son utilisation de l’appareil.

Ensuite, ces informations seront associées aux données enregistrées par la machine avant de tirer des conclusions.

Au besoin, vous pouvez obtenir plus d’infos sur vitalaire.ca.

Pour ce qui est de l’efficacité du traitement, il peut bien s’agir d’un problème de confort ou d’un souci technique.

Un masque inadapté, une mauvaise humidification ou une inadéquation entre le matériel et le problème d’apnée du malade peuvent être la cause.

Les causes ayant une incidence directe sur la qualité du sommeil

Certaines causes peuvent avoir un impact direct sur la qualité de sommeil d’un individu.

Il s’agit notamment de la dépression, de la narcolepsie ou de l’hypersomnie idiopathique.

La somnolence et la fatigue sont connues comme faisant partie du diagnostic de ces affections.

Une personne souffrant de l’une de ces pathologies aura du mal à trouver la solution à ses problèmes à travers la ventilation sous PPC.

Les médicaments, l’alcool et le syndrome de mouvements périodiques des membres peuvent également influer directement sur la qualité du sommeil.

Les causes pouvant impacter indirectement la qualité du sommeil

Pour ce qui est des causes indirectes, il s’agit essentiellement des maladies neurodégénératives, de la sclérose en plaques, de l’hypothyroïdie, de l’insuffisance surrénalienne ou de l’insuffisance d’organe.

Il s’agit de causes plutôt rares, mais qu’il est important de les prendre en compte après avoir écarté les autres causes probables.

Traiter les causes sous-jacentes

Une fois le diagnostic fait, il est conseillé de traiter la principale cause relevée avant de chercher éventuellement à continuer le traitement sous PPC.

À cet effet, il est recommandé de se référer au pneumologue.

Ce dernier est capable d’interpréter convenablement les mesures effectuées par l’appareil d’apnée du sommeil et d’apporter les solutions convenables.

Au besoin, celui-ci peut toujours faire suivre au patient une oxymétrie nocturne sous PPC.

En ce qui concerne les autres causes probables, il faut également prendre le temps de les traiter.

Dans le cas du manque de sommeil par exemple, il faudra une prise en charge par l’intermédiaire d’une thérapie cognitivo-comportementale.

De même, la non-consommation de l’alcool et de certains médicaments peut contribuer à résoudre les pathologies.

En somme, en cas de fatigue malgré l’appareil d’apnée du sommeil, la première des choses à faire est de se faire évaluer avec le score d’Epworth.

Une fois la confirmation obtenue, il faut par la suite déterminer les causes à l’origine de l’inefficacité du traitement.

L’évaluation se fait par un médecin qualifié qui indiquera le traitement à suivre.


Articles connexes :

Les aliments à éviter en cas de diabète gestationnel ?

Est-ce que l’anxiété est une maladie mentale ou physique ?